5) La Police Scientifique en Tunisie

Au bout de longues attentes, nous avons pu obtenir un rendez-vous avec un haut cadre de la police scientifique tunisienne, cela a été très difficile en raison de la période fragile et instable par laquelle nous passons actuellement en Tunisie, de ce fait l'entretien a été obtenu tardivement (le 21/02).
Au cours de cette rencontre nous avons pu recueillir quelques informations sur l’utilisation de l’A.D.N et des empreintes digitales au sein de la police tunisienne.

En ce qui concerne l’A.D.N, il est à noter qu’en Tunisie la police scientifique a commencé l’utilisation de l’A.D.N pour la résolution des enquêtes à partir de 1989. Depuis cette date, environ 700 affaires criminelles, par an, sont résolues grâce à l’A.D.N.
Concernant les méthodes de révélation et d’analyse, la police scientifique tunisienne utilise les mêmes méthodes et matériaux que la plupart des pays européens dont la France. Mais à défaut d’être efficace, la technique d’analyse A.D.N est très onéreuse et coûteuse.
Concernant les laboratoires d’analyse ADN, il en existe un seul en Tunisie, celui-ci est basé au sein de la capitale, à Tunis.

Quant aux empreintes digitales, la police scientifique tunisienne dispose aussi des mêmes méthodes et matériaux de prélèvement que les pays européens (c’est-à-dire le Polilight, les différents lasers...). Au niveau juridique c’est le même système qu’en France, pour qu’une personne soit présumée coupable, son empreinte digitale doit avoir 12 minuties en commun avec l’empreinte retrouvée sur les lieux du crime.
Pour ce qui est des laboratoires d’analyses, il en existe 24, soit un par gouvernorat.

A travers cette rencontre ou cette « interview », nous pouvons conclure qu’au point de vue technique et scientifique, la police scientifique tunisienne est quasiment sur un pied d’égalité avec la police scientifique française. Mais la technique d’identification par ADN, reste beaucoup moins utilisée que celle des empreintes digitales en raison du coût élevé qu’elle engendre. En France l’identification grâce à l’ADN est devenue incontournable, cette méthode est utilisée, quasiment, lors de toutes enquêtes criminelles, alors qu’en Tunisie, cette méthode d’identification n’est appliquée que lors d’extrêmes nécessités.

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×