CONCLUSION GENERALE

En conclusion, les progrès scientifiques, techniques, et technologiques de ces deux dernières décennies ont permis à la police scientifique de faire d’énormes avancés scientifiques, surtout concernant l’ADN et l’identification des personnes à travers celui-ci.

Les méthodes d’analyse, de recherche et d’identification sont devenues de nos jours extrêmement rapides (au maximum 24h pour constituer un profil génétique).

Ainsi les empreintes génétiques ou digitales constituent un moyen sûr d’identification, et une preuve irréfutable devant les tribunaux. On a pu donc ces dernières années rouvrir d’anciens dossiers, et affaires criminels irrésolus, et ainsi grâce à l’ADN et au profil génétique retrouver le coupable ou alors au contraire innocenter de nombreux présumés coupables condamnés à de lourdes peines de prison (le triste record est détenu par Cornelius Dupree qui a passé 30 ans derrière les barreaux avant d’être innocenté grâce à des tests ADN). L’analyse ADN reste donc le moyen le plus fiable de rendre justice, bien évidemment dans le cas où toutes les étapes d'analyse sont parfaitement respectées, ainsi que les conditions d’hygiène (pour qu’il n’y est aucune contamination du prélèvement).

De plus les avancés technologiques ont permis de constituer des fichiers automatisés (FNAEG pour les empreintes génétiques et le FAED pour les empreintes digitales) qui permettent de faire avancer les enquêtes policières, avec une recherche et une comparaison rapide entre l’indice prélevé sur le lieu de crime et la base de données.

Les empreintes digitales et l’ADN offrent donc une fiabilité implacable, et permettent, aujourd’hui, à la police scientifique d’élucider de nombreuses enquêtes criminelles (cambriolages, viols, meurtre...) car sur quasiment toutes les scènes de crime, des indices sont retrouvés et la police scientifique dispose de suffisamment de moyens techniques et scientifiques pour pouvoir l’exploiter, nous pouvons citer la célèbre citation d’Edmond Locard (fondateur du premier laboratoire de police scientifique à Lyon en 1910, c’est le père fondateur de la criminalistique) : « Nul individu ne peut séjourner en un point sans y laisser la marque de son passage, surtout s'il a dû agir avec l'intensité que suppose l'action criminelle ».

 

Ce site à été crée par:
   -MARGHENI Nizar
   -LOUSSAIEF Selim
   -HAMDOUN Elyes

 


 



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×